exigence


exigence

exigence [ ɛgziʒɑ̃s ] n. f.
• 1361; lat. exigentia
Action d'exiger; ce qui est exigé.
1Vieilli Ce qui est commandé par les circonstances. besoin, nécessité. Selon l'exigence des affaires, de la situation : selon ce que les affaires, la situation requièrent.
2(1787) Au plur. Ce qu'une personne (et par ext. une collectivité, un pays) réclame, exige d'autrui. Si tu te laisses faire, ses exigences ne connaîtront bientôt plus de bornes. revendication.
Spécialt Ce qu'on demande, en argent (prix, salaire). Quelles sont vos exigences ? condition, prétention. Satisfaire aux exigences d'un client. demande.
3Ce que l'être humain réclame comme nécessaire à la satisfaction de ses besoins, de ses désirs, de ses aspirations. besoin, désir. « Comme ses exigences [de l'homme] croissent avec ses satisfactions, il tourne les trois quarts de son effort vers l'acquisition du bien-être » (Taine).
Exigences de la nature, de l'instinct ( appétit ) . « La constance, c'est ma première exigence en amour » (Chardonne). « cette exigence de clarté et de cohésion » (Camus).
4(1870) Caractère d'une personne exigeante, difficile à contenter. Il est d'une exigence insupportable ( tyrannie) . « Cette idée positive que les femmes se font du bonheur, et cette exigence qu'elles ont vis-à-vis de lui » (Montherlant). Être d'une grande exigence morale, intellectuelle envers soi-même. rigueur.
5Ce qui est imposé par une discipline, une soumission. contrainte, discipline, impératif, 1. loi, obligation, ordre, règle. « la nouvelle est bien près de former un genre depuis qu'elle doit se limiter aux exigences de la revue ou du journal » (A. Gide). « J'ai deux bonnes heures pour satisfaire aux exigences de ma profession » (Mac Orlan).

exigence nom féminin (bas latin exigentia) Ce qui est commandé par les circonstances, la nature, la satisfaction des besoins, les lois, la morale, etc. : Les exigences de la profession. Ce que quelqu'un réclame d'une autre personne, d'une institution (surtout pluriel) : Les exigences des clients. Caractère de quelqu'un d'exigeant : Il est d'une telle exigence !exigence (difficultés) nom féminin (bas latin exigentia) Orthographe Avec un e ; mais l'adjectif exigeant s'écrit avec un a. ● exigence (synonymes) nom féminin (bas latin exigentia) Ce qui est commandé par les circonstances, la nature, la...
Synonymes :
- impératif
- nécessité
Ce que quelqu'un réclame d'une autre personne, d'une institution (surtout...
Synonymes :
- désir
- gré
- prétention
- réclamation
- volonté
Caractère de quelqu'un d' exigeant
Synonymes :

exigence
n. f.
d1./d Caractère d'une personne exigeante. Il est d'une grande exigence.
d2./d Ce qui est exigé (par qqn, par les circonstances, etc.). Des exigences intolérables.
|| Spécial. (Plur.) Somme d'argent que l'on demande pour salaire. Vos exigences sont trop élevées.

⇒EXIGENCE, subst. fém.
A.— [Le compl. du nom à valeur de suj., explicité ou resté implicite, désigne une pers.]
1. Le plus souvent au plur. Ce que l'on exige.
a) Ce que l'on veut impérativement. Les exigences de ce caractère despotique [de Napoléon Ier] à qui (...) il ne suffisait pas de se faire obéir si, en obéissant, on ne semblait encore avoir désiré ardemment ce qu'il ordonnait (VIGNY, Serv. et grand. milit., 1835, p. 159). Une autre de ses exigences était que la blanchisseuse vînt exactement le jour fixé et chaque fois à la même heure (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 538) :
1. ... Fernande, à mesure que son ventre s'enflait, en profitait pour accabler d'exigences sa compagne. Il fallait qu'à chaque instant, Sylvaine lui passât une cuvette, lui mît une compresse sur le front.
DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 141.
En partic., toujours au plur. [Le compl. du nom, qui n'est pas explicité, désigne une somme d'argent] Françoise (...) avait des exigences, estimait son travail très cher, énumérait tout ce qu'elle faisait dans la maison (ZOLA, Terre, 1887, p. 389) :
2. Pauline faisait une scène dans le grand genre (...). Quand Respellière avait dit les exigences d'Angélique, elle était tombée de son haut. De l'argent, cette voleuse d'homme, de l'argent qu'elle voulait!
ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 150.
[Avec un déterminant indiquant le contenu de l'exigence] Du Camp (...) a dit de la princesse, qu'il l'avait quittée parce qu'elle le fatiguait par ses exigences amoureuses! (GONCOURT, Journal, 1882, p. 197). La direction suprême de la guerre exposa au gouvernement ses exigences en hommes, en matériel de guerre et en forces morales (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 230).
b) P. ext. Ce que l'on attend impérativement de quelqu'un. La société, l'étiquette, les exigences du monde! (FLAUB., Corresp., 1849, p. 117) :
3. ... la tourbe des lecteurs, des gens qui achètent les livres, la clientèle dont je vis ont des exigences, des appétits grossiers dont j'assure par profession le contentement.
ARNOUX, Roi, 1956, p. 245.
[Avec un déterminant indiquant le contenu de l'exigence] Pourvu que le mari réponde à toutes les exigences, de nom, de positions et d'intérêts politiques (SARDOU, Rabagas, 1872, I, 4, p. 11). L'exemple et le contact de Gide ont certainement haussé mon échelle des valeurs, accru mes exigences sur la « qualité » de l'œuvre d'art (MARTIN DU G., Notes Gide, 1951, p. 1417) :
4. ... ce que la maternité a souvent d'exalté et de maladif, quand l'enfant est le seul être sur qui la femme puisse reporter ses jalouses exigences d'aimer et d'être aimée.
ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p. 183.
2. Au sing., p. méton. Caractère de quelqu'un qui est difficile à contenter (ou à satisfaire). Ah! le savant maître que j'avais en lui! Comme il dosait l'indulgence et l'exigence! (COLETTE, Vagab., 1910, p. 35). Il a grand soin de sa guenille et se montre plein d'exigence à l'égard de tout ce qui intéresse d'une manière quelconque son inestimable personne (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 156) :
5. Les sacrifices ne lui coûtaient rien pour le bien et pour l'avantage de ses amis, mais elle leur faisait payer cher ce grand attachement. Inquisitive et difficile, son exigence égalait son dévouement...
DURAS, Ourika, 1824, p. 43.
B.— [Le compl. du nom à valeur de suj., explicité ou resté implicite, désigne une chose]
1. Le plus souvent au plur. Ce qui est impérativement nécessaire. Exigence des circonstances. Selon l'exigence du cas, du temps, des affaires (Ac.). Un ennui de femme mariée astreinte à un minimum de dépenses, affolée des exigences du budget (LORRAIN, Âmes automne, 1898, p. 17). Les exigences de sécurité obligent, pour éviter les excès dangereux de vitesse, à proscrire absolument l'excitation en série des machines d'extraction électriques (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 633) :
6. Dans le désir l'émotion n'est pas encore une conduite adoptée pour se dérober aux exigences d'un monde trop difficile; elle est l'impatience de la difficulté...
RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 257.
En partic.
a) [Le compl. du nom à valeur de suj. désigne un attribut d'une pers.] Quel qu'il soit, le cours de la nature ne dépend pas des exigences de nos désirs (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 227). Mais la justice n'est pas un mot! C'est une exigence qui vient du fond de notre cœur! (AYMÉ, Tête autres, 1952, p. 211) :
7. ... j'ai loué pour vous une habitation qui répondra, je l'espère, à toutes les exigences de votre rang, à toute la délicatesse de vos goûts.
SANDEAU, Sacs, 1851, p. 3.
b) [Le compl. du nom à valeur de suj. désigne une chose abstr. qui est une manifestation, un produit de l'esprit humain] La prose française, dont les exigences sont cruelles à ceux qui contractent l'habitude de prendre quatre alexandrins pour exprimer une idée (BALZAC, Modeste Mignon, 1844, p. 61). Il voulait que la toilette de Mrs. Saxton W. Clegg fût transformée selon les exigences des plus récentes modes de Paris (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 238) :
8. S'opposant à la résolution instantanée du discours en idées, elle [la poésie de Mallarmé] exigeait du lecteur un travail souvent très sensible de l'intellect et une reprise attentive du texte : exigence dangereuse, presque toujours mortelle.
VALÉRY, Variété III, 1936, p. 10.
2. Au sing., p. méton. Qualité d'une chose qui exige beaucoup. L'habitude de la volupté lui avait créé des appétits nouveaux, d'une exigence aiguë (ZOLA, Th. Raquin, 1867, p. 50). Certaines recherches, dont l'exigence est illimitée, isolent celui qui s'y plonge (VALÉRY, Degas, 1936, p. 176) :
9. Je suffis à peine à ma vie. Ce n'est point tant l'exigence des occupations, que leur nombre, leur diversité, j'en ai l'esprit tout disloqué.
GIDE, Journal, 1905, p. 192.
Prononc. et Orth. :[]. Cf. é-1. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1370-72 « besoin, nécessité » (ORESME, Livre des Ethiques, éd. A. D. Menut, III, ch. 25, p. 226); 1787 « ce qu'une personne exige d'une autre » (STAËL, Lettres jeun., p. 204). Empr. au b. lat. exigentia « exigence ». Fréq. abs. littér. :1 674. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 802, b) 1 508; XXe s. : a) 2 268, b) 4 262. Bbg. GIRAUD (J.), PAMART (P.), RIVERAIN (J.). Mots ds le vent. Vie Lang. 1970, p. 593. — RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 419.

exigence [ɛgziʒɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1361, aux sens 1. et 2.; bas lat. exigentia « exigence », de exigere. → Exiger.
Action d'exiger; ce qui est exigé.
1 Vieilli. || (L'exigence de qqch.). Ce qui est commandé par les circonstances. Besoin, nécessité, occurrence. || Selon l'exigence des affaires, de la situation, des circonstances : selon ce que les affaires, la situation, les circonstances requièrent.REM. Ce sens est le seul qui soit indiqué dans les dictionnaires de l'Académie de 1762 et de Trévoux de 1771.
1 C'était (la dictature) une magistrature extraordinaire qu'on faisait selon l'exigence dans tous les temps de la république, et non une forme particulière de gouvernement.
Bossuet, Hist. des variations…, XIII, 32.
2 (Une, des exigences). Ce que l'être humain réclame impérativement comme nécessaire à la satisfaction de ses besoins, de ses désirs, de ses aspirations. Besoin, désir.
2 (…) l'homme mange davantage; il lui faut des maisons plus solides et mieux closes, des habits plus chauds et plus épais, plus de feu et plus de lumière, plus d'abris, de vivres, d'instruments et d'industries. Il devient forcément industriel, et, comme ses exigences croissent avec ses satisfactions, il tourne les trois quarts de son effort vers l'acquisition du bien-être.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 137.
3 Ce qu'il (le machinisme) a donné universellement aux hommes, c'est le désir d'un certain mode de vie, c'est un besoin, c'est une exigence.
Daniel-Rops, le Monde sans âmes, p. 111.
Les exigences de la nature, de l'instinct (→ Carcasse, cit. 7). || Exigences de la chair ( Appétit, cri, tourment). || Satisfaire aux exigences du corps et de l'âme. || Les exigences du cœur, de l'esprit. || Exigences intérieures.
4 Ce livre (Geneviève), il faut que je me l'avoue, ne me tient pas directement à cœur et ne répond à aucune profonde exigence comme celle qui me dictait mes Nouvelles Nourritures et mon Œdipe.
Gide, Journal, 31 mars 1930.
5 (…) c'est une des misères de notre temps que de ployer l'homme sous les nécessités et de ne pas lui offrir d'assez hautes exigences. La nécessité de la besogne automatique ne comble pas en nous l'exigence du travail créateur; la nécessité de la discipline grégaire ne satisfait pas l'exigence de l'ordre; les guerres mondiales, les guerres nécessaires, aux buts abstraits et anonymes, ne correspondent plus à ce sentiment exigeant du paysan qui défend sa vigne et son coteau, sa famille et son pain.
Daniel-Rops, Ce qui meurt et ce qui naît, p. 40.
6 La constance, c'est ma première exigence en amour : savoir se satisfaire d'une réalité. Tu le vois, mon exigence t'est favorable.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 243.
7 Je peux tout nier de cette partie de moi qui vit de nostalgies incertaines, sauf ce désir d'unité, cet appétit de résoudre, cette exigence de clarté et de cohésion.
Camus, le Mythe de Sisyphe, p. 73.
(Av. 1791). Au plur. Ce qu'une personne (et, par ext., une collectivité, un pays) réclame, exige d'autrui. || Avoir de folles exigences. || Si tu le laisses faire, ses exigences ne connaîtront bientôt plus de borne. || Ses exigences sont intolérables, c'est une véritable mise en demeure. Revendication, ultimatum. || Souscrire, céder à toutes les exigences de quelqu'un. Volonté (faire toutes ses volontés).
8 (…) avec les gens qu'on n'aime ni n'estime, on peut avoir des exigences et ne pas se donner la peine de les motiver.
G. Sand, Lettres à Musset, p. 92.
Spécialt (dans le domaine économique). Ce qu'on demande, en argent, en salaire. || Quelles sont vos exigences ? Condition(s), prétention(s). || Ses exigences sont exagérées, abusives. || Augmenter, diminuer ses exigences.Ce qu'on demande (en qualité, en service). || Satisfaire aux exigences d'un client. Demande.
9 La Compagnie Transatlantique nous a commandé le service des cabines de luxe. Ce qui a frappé Bavouzet, c'est la précision de leurs exigences. Ils veulent une belle qualité. Il y a encore des connaisseurs.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 502.
3 (1870). || L'exigence de (qqn). Caractère d'une personne exigeante, difficile à contenter. || Il est d'une exigence insupportable ( Tyrannie). || Son exigence décourage toutes les bonnes volontés.Être d'une grande exigence morale, intellectuelle envers soi-même. Rigueur.
10 Cette idée positive que les femmes se font du bonheur, et cette exigence qu'elles ont vis-à-vis de lui, viennent sans doute de l'état d'insatisfaction qui est leur loi.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 167.
4 (1870). (Une, des exigences). Ce qui est imposé par une discipline, une soumission. Contrainte, discipline, impératif, loi, obligation, ordre, règle. || Les exigences de la grammaire (→ Caprice, cit. 10), d'une théorie. || Les exigences d'un métier, d'une profession (→ Désennuyer, cit. 3).
11 Je songe que la nouvelle est bien près de former un genre depuis qu'elle doit se limiter aux exigences de la revue ou du journal.
Gide, Attendu que…, p. 84.
12 Le tableau se juge dans le même esprit que la réalité (…) Le fait est que, par une insensible exigence, le tableau doit reproduire les conditions physiques et naturelles de notre milieu.
Valéry, Variétés, p. 239.
13 J'ai deux bonnes heures pour satisfaire aux exigences de ma profession.
P. Mac Orlan, la Bandera, XIV.
Spécialt (philos.). Exigence, se dit « pour représenter d'une manière plus large le genre de liaison dont l'implication est la forme logique » (Lalande). Implication.
CONTR. (Du sens 2.) Offre. — (Du sens 3.) Complaisance, facilité, mollesse, relâchement; laxisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • exigence — Exigence. s. f. v. Besoin. Il n est guere en usage qu en ces phrases. Selon l exigence du cas, l exigence du temps, c est à dire, Selon l experience des affaires, selon que le cas, les temps, les affaires le requierent …   Dictionnaire de l'Académie française

  • exigence — index exigency Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 exigence Urgent need; an emergency; also called exig …   Law dictionary

  • exigence — mid 15c., from M.Fr. exigence or directly from L. exigentia, from exigentem (nom. exigens), prp. of exigere (see EXACT (Cf. exact) (v.)) …   Etymology dictionary

  • Exigence — Ex i*gence, n. [F.] Exigency. Hooker. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • exigence — (è gzi jan s ) s. f. 1°   Caractère, prétention de celui qui est exigeant. Il est d une exigence insupportable. 2°   Ce qui est exigé. Les exigences de l état social. 3°   Prétention injuste imposée à une personne. 4°   Occurrence, besoin. Selon… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • EXIGENCE — s. f. Caractère ou prétention de celui qui exige, qui se montre exigeant. Il est d une exigence insupportable, ridicule, d une extrême exigence. Il pousse trop loin l exigence. Rien ne peut satisfaire son exigence.   Il se dit aussi de Ce qu… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • EXIGENCE — n. f. Caractère ou prétention de celui qui exige, qui se montre exigeant. Il est d’une exigence insupportable, ridicule, d’une extrême exigence. Il pousse trop loin l’exigence. Rien ne peut satisfaire son exigence. Il se dit aussi de Ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Exigence —          DEWEY (John)     Bio express : Pédagogue et philosophe américain (1859 1952)     «L exigence de liberté est une exigence de pouvoir.»     Source : Liberté et Culture     Mot(s) clé(s) : Exigence Liberté Pouvoir          GAULLE (Charles… …   Dictionnaire des citations politiques

  • Exigence — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Exigence », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En pédagogie, les exigences scolaires sont… …   Wikipédia en Français

  • exigence — noun Exigency. Chagrined and surprised, they were obliged, though unwillingly, to turn back, for no shelter was nearer than their own house. One consolation however remained for them, to which the exigence of the moment gave more than the usual… …   Wiktionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.